À propos de l'auteure

À propos de l'auteure

Derrière ce blog, derrière ces mots, il y a un nom : Jeanny (à prononcer jany) est le prénom qu’il m’a été donné, mais tu peux m’appeler Jay. Le Carnet de Jay est la plateforme sur laquelle la vie, l’amour pour l’écriture et la créativité s’associent pour t’aider et t’encourager à changer le monde autour de toi.
Illustration de l'article Imprévisible par Jay

Imprévisible

Infidélité. Wow… Je suis ravie de pouvoir t’écrire, car d’une manière ou d’une autre, nos regards se sont croisés, mais nous n’avons jamais pris le temps de s’échanger quelques mots car les fois où tu passais, tout allait toujours très vite, tu partais en courant. Que les choses soient claires entre nous, ne t’en fais pas, je ne t’en veux pas, car tu es ainsi : rapide et imprévisible. Mais je t’en prie, installe-toi confortablement et lis ces quelques mots.

Tu sais, chère Infidélité, je t’ai observée et je te trouve vicieuse pour cette manie que tu as de te faufiler dans les coins les plus improbables de la vie d’une personne et un peu comme notre cher Thanos, de tout chambouler en un claquement de doigts. Il semblerait que tu sois une personne relativement redoutable au vu de tous les choix que l’on prendrait « si jamais tu passes ». Je pense également à ceux qui ne se préoccupent guère de ton cas mais qui ne t’empêchent pas d’aller leur rendre une petite visite à l’improviste… Hm, ma chère, tu es d’une impolitesse notoire ! Tu as en apparence une force presque incontestable, ton goût est aussi sucré que la mangue pour ceux que tu guides à pas de velours vers la trahison, mais tu laisses un goût amer et âpre sur la langue de ceux qui la subissent.

via GIPHY

 

Je te trouve assez extraordinaire car après ton passage, ce sont les personnes trahies qui se sentent responsables de la trahison ; elles n’arrivent jamais à pointer l’autre du doigt et prennent toute la charge pour une erreur qu’elles n’ont pas commises. Tu as l’air d’un génie, Infidélité, au vu des conséquences générées : cœur brisé, estime de soi réévaluée, perte de confiance en soi, déprime et j’en passe. Une force presque incontestable je t’ai dit, tu peux rendre malade !

Je peux comprendre pourquoi l’on te haït : tu fais mal.

Avec du recul, je sais maintenant qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur de toi, car tu n’es que le résultat d’un choix d’une personne, autrement dit, de ce qui est extérieur à nous, et que l’on ne contrôle pas.

Enfin, tu pointes le bout de ton nez avec une telle assurance, que tu ne vois pas les vraies conséquences de tes actes, je dirais même leurs effets secondaires. Mais aujourd’hui est ton heure de vérité, chère Infidélité et je viens pour te donner l’information la plus importante de toute ton existence que tu refuses probablement d’entendre ou dont tu n’as jamais eu conscience, puisque tu es imbue de toi-même. La voici : Lorsque tu as le dos tourné et que tu t’en vas, tout le monde se lève.

Oui, tu as très bien compris. Tu pars en pensant laisser quelqu’un dans l’obscurité pour une durée indéterminée, mais tu as oublié qu’il y a toujours un interrupteur à proximité pour faire place à la lumière. Tu arrives à brouiller la vision et faire croire qu’après ton passage il n’existe que la solitude, mais ce n’est pas parce que la vision est floue qu’il est impossible d’écouter pour recevoir de l’aide, du réconfort et réaliser que la solitude n’avait en fait jamais fait place.

Comprends bien une chose, chère Infidélité : tu n’es pas la fin de la vie d’une personne, à vrai dire, tu en es même le nouveau point de départ. Le point de départ vers une meilleure compréhension de sa valeur, une guérison profonde et vers la paix intérieure. Un point de départ vers ce qui est vrai. C’est ainsi que les cœurs brisés sont réparés, que la confiance en soi est retrouvée.

Chère Infidélité, laisse-moi te dire que tout ce que tu produis est éphémère, c’est ce qui se passe après ton passage qui a de la vraie valeur. Tu es forte pour semer la zizanie, mais celui qui prend son courage à deux mains pour ranger derrière toi l’est encore plus.

– À l’encre de Jay

Partage cette lettre!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.