À propos de l'auteure

À propos de l'auteure

Derrière ce blog, derrière ces mots, il y a un nom : Jeanny (à prononcer jany) est le prénom qu’il m’a été donné, mais tu peux m’appeler Jay. Le Carnet de Jay est la plateforme sur laquelle la vie, l’amour pour l’écriture et la créativité s’associent pour t’aider et t’encourager à changer le monde autour de toi.

Et si on faisait la paix ?

Cher Passé,

Ton nom donne des frissons… Comme il peut être difficile de te faire face… Pourtant, tu fais partie intégrante de notre histoire, qu’on le veuille ou non. Parfois on t’associe à la honte et à la douleur comme s’ils étaient tes autres noms. J’en suis navrée, car ce n’est pas ce que tu devrais nous faire ressentir.

Lorsqu’on essaie de te fuir et que l’on tente de fuir la blessure, cette dernière se manifeste ailleurs. Pourquoi ? Afin que nous puissions traiter le problème enfoui au plus profond de nous. Parfois, tu nous montres que nous avons besoin de pardonner à une personne ou qu’il est temps de changer notre attitude. D’autres fois, tu nous montres aussi que nous sommes la personne que nous devons pardonner.

Et tu dois bien le savoir, cher Passé : t’affronter peut vraiment être très douloureux, et pourtant si nécessaire. Peu importe la cause de cette blessure : un mauvais choix, une rupture, un abus vécu, qui impacte considérablement nos agissements envers les autres, notre vision de nous-même, notre état d’esprit et notre énergie. Mais il y a une chose qui doit être révélée à ton sujet, cher Passé. Derrière chaque expérience offerte, bonne ou moins bonne selon la perception de chacun, il s’y trouve une liberté. Alors…

« Et si on faisait la paix ? »

Cher Passé, j’ai saisi un élément important à ton sujet : tu es la personne qui nous montre la maturité et la sagesse que nous avons acquis au fil du temps et quoique l’on fasse, tu feras partie de nous. Alors  à quoi bon t’éviter, t’effacer, alors que ce que l’on a pu faire auparavant a contribué à la personne que nous sommes aujourd’hui ?

Pourquoi ne pas faire la paix ? Après tout, cela revient également à faire la paix avec soi-même : se pardonner et pardonner ceux qui nous ont fait du mal. Mais c’est aussi accepter que chaque expérience ne nous définisse pas en tant que personne car elles sont uniquement associées à un mode de pensée que l’on avait auparavant. Faire la paix avec toi, cher Passé, c’est aussi comprendre que nous sommes aujourd’hui la meilleure version de nous-même comparé à il y a 6 mois, 1 an, 3 ans voire 15 ans.

En t’écrivant cette lettre, je réalise que c’est toi qui nous proposes le premier de faire la paix avec toi, lorsque que tu surgis dans notre pensée au cours d’une conversation faisant écho à un événement passé. Tu te demandes qui voudra bien accepter ta demande ? Plus de personnes que tu ne le penses, bien qu’il ne soit pas évident de te faire face.

Faire la paix avec toi, c’est aussi accepter de aussi changer sa manière d’appréhender la vie dans sa totalité. Choisir la meilleure façon d’accueillir chacune des expériences qu’elle a à offrir. Bien sûr, il arrive d’avoir mal et il est même important de se laisser le temps d’avoir mal. Il nous faut le temps d’accepter cette douleur. Cela dit il y a une différence entre avoir mal et se complaire dans le fait d’avoir mal. L’un a conscience de son état et avance, tandis que l’autre en a conscience mais ne veut pas avancer.

Donc oui, cher Passé, faire la paix avec toi, c’est prendre la vie telle qu’elle est, puis décider d’avancer. Rien ne nous arrive dans ce bas monde sans que cela ne nous serve de leçon, bâtisse, nous fasse mûrir. Après tout, il est dit que rien ne se perd et que tout se transforme.

A l’encre de Jay.

 

Lecarnetdejay

Jeanny, Jay, JJ – Fondatrice du blog Le Carnet de Jay. J’écris car les mots ont le pouvoir de guérir et de libérer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.